« Hizelaya s’intéresse à la technique du monotype l’estampe du peintre comme j’aime à l’appeler et en expérimente toutes les possibilités avec une prédilection pour l’aléatoire. Ce travail est d’abord une expérience artistique, une performance vécue chaque jour dans laquelle l’artiste révèle ses créations souvent rêvées. Le travail de la couleur est aussi magnifique. »

Stéphanie Peyrissac

 

Hizelaya est une artiste peintre et plasticienne.

Née à Roubaix en 1956, son père Philippe Derville, artiste peintre (lepeintrederville.com), l’initie à la peinture et à la couleur dès son plus jeune âge.

Après une enfance insouciante et heureuse, elle décide d’étudier la peinture et le dessin à l’école des Beaux-Arts de Roubaix. Ses études terminées, elle part pour Paris. Elle se lance alors dans la vie professionnelle et choisit la communication et la création publicitaire, un domaine où elle va évoluer pendant dix ans.

Depuis de nombreuses années, Hizelaya est tombée sous le charme de la Côte basque. En 2000, elle y plante sa boite de couleurs et trouve « son écriture » dans ce paysage magnifique. C’est un ami, Philippe Real del Sarte qui l’incite à aller de l’avant.

En 2004, ils exposent ensemble dans ce lieu mythique qu’est la maison de l’Infante à Saint-Jean-de-Luz.

Désormais elle se partage  entre son atelier parisien et son atelier au pied de la Rhune.

 

Expositions de groupe

 

Octobre 2020 : Serres de Milady, Biarritz

Février 2020 : « La Transmission » Saint Denis de la Réunion.

Printemps 2019 : Exposition Hizelaya et Inigo Arregi, salle Posta, Urrugne.

2018 : Street Art avec  le collectif d’artistes : les tatatagueuses, « Mort de Simone Weil », Paris.

2014 : Thomas Hirschorn « La flamme éternelle », Palais de Tokyo, Paris.

2014 : Galerie Kléber, Paris.

2014 : Le 104 Kléber, Paris.

2013 : Galerie Anne et Just Jaeckin, Paris.

2012 : Affordable Art Fair, Londres.

2011 : Bernard Chauchet Gallery.

2009 : Projection « Nuit blanche sur la mairie du 13em », Paris.

 

Expositions individuelles

 

Mars-juin 2020 : Collection Stéphanie Peyrissac, Paris.

2018 : Galerie Quai de l’Infante, Saint-Jean-de-Luz.

2014 : Maison de l’Infante, Saint-Jean-de-Luz.

2004 : Maison de l’Infante, Saint-Jean-de-Luz.

 

Le Monotype ou estampe est un procédé d'impression sans gravure qui produit un tirage unique.
Hizelaya peint à l'encre ou à l'huile sur une plaque de plexiglas, d'aluminium ou de cuivre. La peinture est ensuite pressée sur un papier, un drap... Puis l'artiste travaille ses effets en ajoutant d'autres matériaux pour un résultat tout à fait mystérieux.

 

Hizelaya s’est intéressée à la technique du monotype « l’estampe du peintre » au moment où elle retourne travailler sous le regard d’un professeur aux Ateliers des Beaux-Arts de Paris. Elle va expérimenter toutes les possibilités du monotype en laissant une large part à l’aléatoire. L’historienne Françoise Claire Prodhon écrit « ce moment sans doute fondateur, est celui d’un questionnement marqué par le retour à l’expérimentation, en quête d’un nouveau souffle »

L’ensemble de cette exposition prend sa source dans les écrits et carnets intimes illustrés d’Hizelaya. Des notes journalières dans lesquelles, le peintre raconte ses rêves, ses futurs travaux et ses réflexions sur l’art et les artistes.

Le passage au monotype pour Hizelaya, est d’abord une expérience artistique, une performance vécue chaque jour dans laquelle l’artiste révèle ses créations souvent rêvées. Elle fait largement appel à son inconscient et peint de la main droite alors qu’elle est gauchère. La création d’une image crée une autre image et ainsi de suite. L’artiste l’exprime en disant « il s’agit d’un engagement psychocorporel et pas seulement de la pensée ».

Hizelaya s’interroge sur le rôle de la femme au XXIème siècle, sur la place de l’artiste femme au XXIème siècle. Les monotypes d’Hizelaya représentent des paysages, des femmes-paysages. Ce sont les deux grands thèmes de l’exposition. En tant qu’historienne de l’art j’ai été particulièrement sensible à ce thème du paysage anthropomorphe héritier d’une tradition qui perdure depuis le XVIe siècle ou le paysage devient corps, le corps de femme devient paysage.

 

Stéphanie Fauconnier-Peyrissac

Hizelaya

400,00 €Prix
  • à l’huile sur papier vélin « blanc ancien »

    Décembre 2020

    Ajout peinture et crayon « Joyeux Noël 2020 »

    Signé en bas à droite

    50x31 cm

    Encadré

Contact

Stéphanie Peyrissac Fauconnier

9 avenue de Lamballe 75016 Paris

Tel : 06 11 72 55 88

Email: contact@collectionstephaniepeyrissac.com

Mentions légales

Réseaux sociaux

© 2021 Collections Stéphanie Peyrissac - Tout droit réservé